Impôts différés sur écritures de consolidation Principes Le passage des comptes sociaux aux comptes consolidés a pour effet de modifier le résultat comptable, et doit donc donner lieu à la comptabilisation d’un effet impôt différé dès lors qu’elle modifie des produits taxables ou des charges déductibles. Ceci concerne la plupart des écritures de retraitement et d’élimination des résultats intragroupe (cf. retraitement des comptes sociaux et élimination des opérations intragroupe). Par exemple : L’élimination des provisions réglementées (Cf. Retraitements obligatoires) ; Le retraitement du crédit-bail (Cf. Retraitement préférentiel des contrats de location-financement) ; La constatation des engagements de retraite (Cf.Retraitements préférentiels) ; L’élimination de plus-values générées par des cessions internes d’immobilisations (Cf. Cession interne d’immobilisation) ; L’élimination des marges en stock internes (Cf. Elimination des marges en stocks) ; Notons toutefois que certaines écritures de consolidation ne donnent pas lieu à imposition différée. C’est le cas de l’amortissement de l’écart d’acquisition (qui n’existe pas fiscalement), du retraitement


Le contenu complet est visible pour les membres inscrits sur conso-online. Merci de vous identifier ou de vous enregistrer en tant que nouvel utilisateur ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés